Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Loi du coeur - Page 2

  • La Loi du coeur 14/4/16

     dont-ever-give-up.jpg

  • Broken land

    Les problèmes et conditions de vie à la frontières USA Mexique.

    Reportage Arte du 5 Avril 2016.

    _


     

    Le début du reportage montre les conditions de vie des américains, près de la frontière mexicaine. Un couple âgé installe des caméras TV tout autour de sa maison. Il dort la nuit avec des pistolets chargés à porté de main.

    A partir de 32 Mn, une femme qui ressemble a une WASP, sans qu'on sache très bien si c'en est une. C'est une frontalière :


    "On sait qu'on est observé, en habitant ici, on le sait. Malheureusement beaucoup de gens s'y sont habitués. C'est notre droit d'aller sur des terres publiques, de camper, d'être seul, d'avoir la paix, de ne pas être dérangés, mais ils sont dans leurs voitures. Les gardes stationnent sur la montagne et vous regardent camper, et nous les voyons nous observer. Et il y a des tours où ils vous regardent tout le temps. C'est vraiment effrayant quand on y pense, on est jamais seul."


    - En fait elle se plaint de la surveillance de la frontière séparant les USA du Mexique. Elle s'approche d'une tour de surveillance, en haut de laquelle se trouve des caméras :


    " Ici c'est big brother dans votre arrière -cour, c'est un poste de surveillance des gardes frontières, l'un des nombreux que l'on trouve dans le désert, ils sont supposé nous protéger, de quoi ? je ne sais pas ! Ils pointent leurs caméras vers le Mexique que l'on est censé craindre, au lieu de ça ils les pointent vers notre désert, vers notre ville. ils peuvent communiquer entre tours, localiser les gens, dire combien ils sont, avertir par radio et envoyer des "bottes sur le terrain" comme ils disent; Ils viennent à votre rencontre avec leurs AK57, à n'importe quels moments. Il y a des capteurs enterrés que l'on déclenche sans même le savoir, et ils débarquent à nouveau avec leurs armes, leurs chevaux, leurs quads, Et .... par exemple c'est comme cette montagne "baboquivari", c'est une montagne sacré pour les Amérindiens, et bien ça (en montrant la tour de surveillance), pour moi ça représente la montagne sacrée de l'argent, ici.

    Puis, la même femme en voiture, elle continue de se plaindre de la surveillance de la frontière, elle ne peut pas emmener ses enfants à l'école sans avoir a subir des contrôles, des check- point, mettez-vous sur le coté, ouvrez le coffre de la voiture, ect ... :


    "Le monde extérieur n'est que peur, peur, peur, comment un enfant peut-il apprendre à avoir confiance, à aimer. "


    Chez elle : "Cette guerre à la frontière, c'est une guerre contre nous, ils nous enferment dans notre propre pays, notre gouvernement à été capable de nous priver de nos propres droits sous prétexte de nous protéger, ... je ne peux pas imaginer vivre en ayant peur de mes voisins ..."


    A 37 Mn, la même femme marche dans le désert avec un homme, elle porte des paquets. L'homme se met à parler en espagnol, on comprend qu'il s'adresse à de possible mexicains qui chercheraient à passer la frontière :

    "Hello, nous sommes vos amis, nous vous avons apporté de l'eau et de la nourriture, vous avez des problèmes médicaux ? Nous sommes vos amis."

    Le même homme se met a parler, il justifie son action :

    "Il y a quelques années vers minuit, un jeune couple est venu taper à ma porte, ils étaient frigorifiés, il faisait peut-être -7 degres, ils avaient deux enfants."

    il ne les a pas fait entrer chez lui, ils se sent coupable de ne pas les avoir aider davantage ....


    Plus loin ils laissent dans le désert l'eau et la nourriture qu'ils ont apporté pour de possibles clandestins. Il marque sur l'un des bidons d'eau et une boite de conserve: "bonne chance".


    "Imaginez si vous étiez à leur place, ils quittent leurs maisons, ils quittent leurs familles, leur pays et prennent un risque énorme pour entrer dans un autre pays, vous croyez qu'il prennent ce genre de décisions à la légère ? mettez-vous leur place."

    Donc voilà le pot-aux-roses est dévoilé, la même femme au début de la vidéo  pour laquelle on avait de l'empathie, car nous avons un coeur, nous aussi. Cette femme se plaint de ne pas pouvoir se déplacer selon son bon gré. Elle est surveillée et contrôlée parce qu'elle apporte une aide active aux clandestins mexicains, elle se plaint de ne pas pouvoir les aider tranquillement à passer la frontière US.
    Mais le reportage est malhonnête, il est construit de la même façon que l'affaire Aylan : l'enfant syrien mort sur la plage et dont la photo à fait la une des journaux et TV pendant des semaines. Par la suite on a su que la photo avait été mise en scène et que le père de l'enfant était un passeur, mais le but recherché était atteint, le coeur était touché, et quoi qu'on puisse dire par la suite, la première impression demeure : comment peut-on laisser ces pauvres gens et leurs enfants se noyer sans rien faire, serions nous des gens sans coeurs, des égoistes à ce point ?
    Le reportage est construit de la même façon d'abord on compatit à la souffrance de la femme, puis à la fin du reportage, si on arrive à se souvenir, on comprend ...
    A 41 Mn, on voit des civils blancs s'entrainer à tirer au fusil d'assaut, puis la femme :


    "Mon dieu c'est terrible, il y a maintenant 5 ans, Gina et son mari Junior étaient à la maison, avec l'une de leurs filles, Brisenia, ils avaient finit de diner et allaient se coucher, ils ont entendu quelqu'un frapper à la porte, junior est allé ouvrir, les premières personnes qu'il a vu étaient des hommes qui prétendaient être des gardes frontières, ils en portaient les uniformes et les armes, ils prétendaient poursuivre des clandestins, comme ils disent, ils avaient besoin d'entrer et de fouiller la maison, junior les a regarder et a vu l'un des pistolets avec du scotch autour de la crosse, il leur a dit : "pour des gardes frontières, vous avez de drôles d'armes", alors ils ont sortis leurs armes et lui ont tiré dessus. Sa fille était là, elle s'est mise à crier, ils lui ont dit de se taire, et comme elle ne le faisait pas, ils lui ont tiré une balle en plein visage."


    On voit bien le contraste, les pauvres mexicains qui quittent leurs vies, leurs familles, leurs cultures, et les méchants blancs qui tuent même les enfants. On comprend aussi que cette femme qui aident les mexicains à envahir les Etats-Unis craint qu'il ne lui arrive la même chose .... si ce qu'elle raconte est vrai.

    " Mais il s'est avéré que c'était les membres d'une milice, qui portent des uniformes pour ressembler à des gardes frontières et qui disent on va protéger notre pays. Ils harcèlent les locaux, ils nous rendent la vie difficile, en disant que nous ne sommes pas des bons américains (elle sourit), nous ne protégeons pas notre pays de ces hordes d'affamés."

    Toujours la même femme à 44 Mn :

    "Si on remonte dans l'histoire, a chaque fois que l'homme a tracé une ligne et dit "ici c'est mon coté, et là le tien", et a tracé une ligne imaginaire, une frontière, ça créé des problèmes, et c'est ce qui se passe aujourd'hui. Mais tout cela n'est qu'imaginaire."

    Puis le reportage montre le point de vue des milices, avec une analyse intéressante sur le fait que "nous", les blancs, les chrétiens, les caucassiens soyons des "Gentils", on ne nous craint pas.

    _

    _

  • Les breaks de la Loi du coeur;

    - Le point de vue du coeur

     

    Quand on a du coeur, on ne heurte pas l'opinion des gens, encore moins l'opinion dominante.

    On dit aux gens ce qu'ils aiment qu'on leur disent, ce qui leur fait plaisir.

    "Dîtes-nous des choses qui nous plaisent, et nous vous écouterons."

    On respecte l'opinion des gens, quelque soit cette opinion.

    On ne fait pas chanter à des gens qui on tous voté pour Français Mitterrand en 1981, une bêtise comme : "l'emmerdant c'est la rose"

    Regardez les spectateurs : leur sourires forcés, il se sentent gênés, mais gênés ....

     Non mais quel manque de savoir_vivre ce Le Luron, quel malotru !

     


     

    C'était l'émission du 4 Avril 2016   Thierry Le Luron, le miroir d'une époque» : le docu inédit sur France 3

     

     

     

  • Love The Way You Lie -


  • 1 4 16

    Peaceful-Mind-Have-A-Good-Evening__1.jpg

  • « Et si chaque famille française qui en a les moyens adoptait un réfugié… »

    Par Nancy Bélart, être humain. Calais, France.

    J’ai eu une idée pour régler le problème des migrants, pour que cessent l’infamie et la honte qui pèsent sur notre pays et ses valeurs auxquelles je croyais : Liberté, Égalité, Fraternité, France Terre d’Asile. Mais n’étant pas économiste ni politologue, j’aimerais la soumettre à ceux qui comme moi sont révoltés de cette horreur subie par des humains fuyant la guerre et la misère.

    (…)

    Si chaque famille ou personne française qui en a les moyens adoptait un réfugié…

    Source

     

  • La tournée des Stars 80

    Regardez les spectateurs, enfin je veux dire les spectatrices.

     Si on demande à l'une de ces femmes :  c'était comment les années 80  ?

    Ho c'était bien je me souviens il y avait Peter & Sloane qui chantaient et "Born to be alive" et Richard Anthony aussi.

    La seule chose qui les aura marqué.

     


     

  • Psaume 36; Laisse ta colère

    Ne t'indigne pas à la vue des méchants,
    n'envie pas les gens malhonnêtes ;
    aussi vite que l'herbe, ils se fanent ;
    comme la verdure, ils se flétrissent.

    Fais confiance au Seigneur, agis bien,
    habite la terre et reste fidèle ;
    mets ta joie dans le Seigneur :
    il comblera les désirs de ton coeur.

    Dirige ton chemin vers le Seigneur,
    fais-lui confiance, et lui, il agira.
    Il fera lever comme le jour ta justice,
    et ton droit comme le plein midi.

    Repose-toi sur le Seigneur
    et compte sur lui.
    Ne t'indigne pas devant celui qui réussit,
    devant l'homme qui use d'intrigues.

    Laisse ta colère, calme ta fièvre,
    ne t'indigne pas : il n'en viendrait que
    du mal ;
    les méchants seront déracinés,
    mais qui espère le Seigneur possédera la terre.

  • Sainte simplicité

    Alors que Jan Huss était attaché au bûcher où il devait brûler. Le feu ayant du mal à prendre, une petite vieille, croyant bien faire et voulant participer à l'oeuvre commune, apporta ingénument son petit fagot au bûcher où il brulait :

     

                            ô sancta simplicitas

  • La Loi du coeur et le ciel

    ..........................?

     

    aPH315B5__c.jpg