Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • « Et si chaque famille française qui en a les moyens adoptait un réfugié… »

    Par Nancy Bélart, être humain. Calais, France.

    J’ai eu une idée pour régler le problème des migrants, pour que cessent l’infamie et la honte qui pèsent sur notre pays et ses valeurs auxquelles je croyais : Liberté, Égalité, Fraternité, France Terre d’Asile. Mais n’étant pas économiste ni politologue, j’aimerais la soumettre à ceux qui comme moi sont révoltés de cette horreur subie par des humains fuyant la guerre et la misère.

    (…)

    Si chaque famille ou personne française qui en a les moyens adoptait un réfugié…

    Source

     

  • La tournée des Stars 80

    Regardez les spectateurs, enfin je veux dire les spectatrices.

     Si on demande à l'une de ces femmes :  c'était comment les années 80  ?

    Ho c'était bien je me souviens il y avait Peter & Sloane qui chantaient et "Born to be alive" et Richard Anthony aussi.

    La seule chose qui les aura marqué.

     


     

  • Psaume 36; Laisse ta colère

    Ne t'indigne pas à la vue des méchants,
    n'envie pas les gens malhonnêtes ;
    aussi vite que l'herbe, ils se fanent ;
    comme la verdure, ils se flétrissent.

    Fais confiance au Seigneur, agis bien,
    habite la terre et reste fidèle ;
    mets ta joie dans le Seigneur :
    il comblera les désirs de ton coeur.

    Dirige ton chemin vers le Seigneur,
    fais-lui confiance, et lui, il agira.
    Il fera lever comme le jour ta justice,
    et ton droit comme le plein midi.

    Repose-toi sur le Seigneur
    et compte sur lui.
    Ne t'indigne pas devant celui qui réussit,
    devant l'homme qui use d'intrigues.

    Laisse ta colère, calme ta fièvre,
    ne t'indigne pas : il n'en viendrait que
    du mal ;
    les méchants seront déracinés,
    mais qui espère le Seigneur possédera la terre.

  • Sainte simplicité

    Alors que Jan Huss était attaché au bûcher où il devait brûler. Le feu ayant du mal à prendre, une petite vieille, croyant bien faire et voulant participer à l'oeuvre commune, apporta ingénument son petit fagot au bûcher où il brulait :

     

                            ô sancta simplicitas